En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal logo unicaen

UMR 950 INRA UCBN : Laboratoire d'Ecophysiologie Végétale, Agronomie & nutritions N.C.S.

Alexandra Girondé

Alex

Courriel : alexandra.gironde@unicaen.fr

Téléphone principal : 02 31 56 56 59

Équipe de recherche :  INFlux

Profil : Doctorante
Localisation : CAMPUS 1, Bât. J3, Porte IR 059

 Adresse : Esplanade de la paix, CS 14032, 

                  14032 CAEN CEDEX 5.

Activités de recherche :

Contribution à l’amélioration de l’efficience d’usage de l’azote par le colza : caractérisation des déterminants physiologiques et métaboliques impliqués dans l’efficience de remobilisation de l’azote foliaire

La culture du colza est actuellement limitée par des besoins élevés en intrants azotés et par un bilan agro-environnemental médiocre vis-à-vis de l’azote (N). En effet, même si le colza présente des capacités élevées de prélèvement du N minéral, cette plante valorise très mal cet élément : seulement 50% du N prélevé par la plante est retrouvé dans les graines à la récolte. Cette mauvaise efficience d’usage de l’azote (EUA) serait essentiellement liée à un faible vidage du N protéique des feuilles lors de la sénescence séquentielle. Des travaux récents de l’UMR ont montré (i) que la remobilisation des protéines foliaires est contrôlée par des protéases et des inhibiteurs de protéases, et (ii) qu’il existe une variabilité génotypique de l’EUA suggérant que l’optimisation de l’efficience de remobilisation du N foliaire constitue le principal levier d’amélioration de l’EUA.

Afin de répondre au défi de maintenir voire d’augmenter le rendement grainier du colza dans un contexte de limitation des intrants N, l’objectif principal de ce projet visera à rechercher les déterminants physiologiques et moléculaires impliqués dans une forte EUA. Ce projet s’attachera également à caractériser le rôle des protéases et des inhibiteurs de protéases dans l’efficience de remobilisation du N protéique. Cette étude sera conduite en explorant la variabilité génotypique récemment mise en évidence et en utilisant des approches physiologique (flux de N au niveau plante entière), métabolique (enzymes clefs de la voie d’assimilation du N, modifications protéomiques) et transcriptomique. Ces deux dernières approches seront réalisées en étroite collaboration avec les équipes du LNAP INRA de Versailles (C. Masclaux-Daubresse) et APBV INRA de Rennes (A. Bouchereau).

Activités d'enseignement:

2011-2012 :

  • TP de Physiologie végétale en 2e année de licence de Biologie (IBFA)
  •  TD de Psychophysiologie en 1ère année de licence de Psychologie (UFR Psychologie)