En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Sad-Paysage

Objets d’étude

Agriculture

En terme d’agriculture, nous nous intéressons aux différentes pratiques des agriculteurs qui relèvent de la production (cultures et élevages), de l’aménagement (ex: structuration du parcellaire) et de l’entretien (ex: entretien des bordures de champ) de leur territoire d’exploitation. Ces différents types d’activités jouent diversement sur les dynamiques des éléments du paysage, et supposent des organisations du travail, des savoir-faire, des processus de décision. 

Dans ce cadre, nous apportons une attention particulière à l’analyse des modes d’organisation spatio-temporelle de ces pratiques au sein du territoire de l’exploitation agricole. C’est ce qu’on appelle la gestion territoriale de l’exploitation agricole.

Plus largement, un territoire est un espace délimité par un ou plusieurs acteurs, via l’appropriation, la gestion, la gouvernance, les projets qu’il(s) lui associe(nt). Afin d’accéder aux leviers d’actions agricoles de la gestion des ressources du paysage et de la biodiversité, nous analysons la façon dont ces pratiques agricoles sont organisées et se transforment au sein d’exploitations agricoles et de territoires d’action collective dynamiques. 

Biodiversité

Nous travaillons sur la biodiversité spontanée. Nos approches mobilisent différentes dimensions de la biodiversité (la population, le peuplement, l’habitat), mais avec un objectif principal de caractérisation de la qualité, la diversité, la fonctionnalité des habitats aux échelles du paysage.

Pour ce faire, nous choisissons de travailler sur une gamme d’espèces (en termes de traits d'histoire de vie, et de cycles de vie) permettant de capter la diversité des réponses de la biodiversité aux dynamiques du paysage et de l’agriculture localement. Nos modèles privilégiés sont les insectes et les plantes.

Dans nos travaux, les dynamiques de la biodiversité sont appréhendées selon des intérêts à la fois de conservation et de services écosystémiques (possibilité de tirer partie des fonctions de la biodiversité, par exemple pour la régulation des bioagresseurs et la pollinisation, en agriculture).

Paysage

Nous envisageons le paysage comme une mosaïque d’éléments caractérisés par leurs structures, leurs états et leurs agencements dynamiques, aux échelles locales (jusqu’à  plusieurs Km2).

Ces caractéristiques du paysage lui confèrent différentes fonctions écologiques que nous analysons: qualité d’habitat, connectivité fonctionnelle, effet tampon. Les évolutions du paysage jouent sur ses capacités à maintenir des fonctions écologiques qui peuvent être des services pour l’agriculture et les activités humaines plus largement.

De façon complémentaire, nous considérons que chaque élément du paysage est un élément géré (potentiellement ou effectivement) par les acteurs ruraux, en particulier les agriculteurs. Le paysage relève ainsi de l’agencement de différents territoires (espaces appropriés et gérés par un ou plusieurs acteurs).

De cette façon, nous étudions la façon dont le paysage est / peut-être intégré dans les décisions des agriculteurs portant sur la gestion territoriale de leur exploitation. Nous cherchons à rendre compte également de la façon dont les dynamiques des territoires locaux jouent sur ces décisions.