En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Sad-Paysage

SERIPAGE

Titre : « Sélune: Ecologie et gestion des zones rivulaires, ripariennes et des paysages agricoles »

Durée : 2014-2018

Financement : Agence de l’Eau Seine-Normandie

Coordination : C. Thenail – INRA SAD-Paysage.

Contact dans l'unité : C. Thenail et A. Alignier

Résumé :

Le projet Séripage fait partie du programme scientifique de suivi des évolutions du système socio-écologique en lien avec l’effacement des barrages sur le fleuve côtier de la Sélune (baie du Mont Saint Michel). Le projet Séripage, construit pour la période « pré-arasement » a pour objectif de produire un dispositif et de premiers résultats d’analyse de l’évolution des interactions entre systèmes agricoles, structure du paysage et biodiversité végétale spontanée, des bords du cours d’eau jusqu’en haut des versants. A priori, nous identifions trois grandes zones le long de la Sélune : i) la zone des lacs comprise entre les barrages de Vezins et de la Roche qui boit, ii) la zone aval, à l'aval des lacs actuels (entre le barrage de Vezins et la baie du Mont-St-Michel) et iii) la zone amont, à l'amont des lacs actuels (ou tête de bassin du cours principal de la Sélune amont). La zone des lacs, après abaissement du niveau du cours d'eau et mise à sec, verra apparaître des zones exondées dont les sédiments seront éventuellement rapidement colonisés par la végétation. La zone aval pourra faire l’objet d’évolutions essentiellement en termes de conditions hydrodynamiques et sédimentaires. Enfin, la zone amont qui montre des configurations actuellement similaires à la zone aval, ne sera probablement pas ou sera moins affectée par les changements de régime hydrologique que la zone aval.

Nous faisons l'hypothèse que, la modification des peuplements végétaux en zones rivulaires et ripariennes, et les évolutions des interactions agricoles et écologiques entre zones ripariennes et paysages, présenteront des différences significatives d’une zone à l’autre (amont, lac, aval). Nous identifions trois types d’enjeux pour nos recherches : l’acquisition de connaissances, la conception (notamment en partenariat) d’outils de l’ingénierie écologique et agroécologique, et la capitalisation des expériences pour et par la formation. Les disciplines engagées dans ce projet sont l’écologie (écologie du paysage, ingénierie écologique), l’agronomie (systèmes techniques agricoles et gestion agricole du paysage) et la géographie (mobilisation de l’outil télédétection pour évaluer les mutations paysagères).

Partenaires : UMR ESE, LETG-Rennes/Costel, INRA SAD-Paysage. Les partenaires locaux sont notamment le SAGE Sélune et la Chambre d’Agriculture de Normandie. Dans le cadre du programme de suivi de la Sélune, le projet s’articule avec plusieurs autres projets et laboratoires partenaires, concernant les thèmes des flux hydrosédimentaires (ex : UMR Géoscience, UMR SAS), des biocénoses aquatiques (ex : UMR ESE, UMR Ecobio) et des évolutions socio-géographiques (ex : UMR LAVUE Nanterre)