En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA Agrocampus umrsas

Sol Agro et Hydrosystème Spatialisation

Umr sas

Les apports de produits résiduaires organiques

Les apports de produits résiduaires organiques (PRO) modifient sur le moyen terme la structure et l’activité des communautés microbiennes dénitrifiantes du sol.

Unités : UMR 1069 SAS et UMR INRA-UB 1229 MGS

Département EA, CT3

Mots-clés : fertilisation organique, dénitrification, N2O, facteur d’émission

Champ disciplinaire : biogéochimie

Activité : résultat de recherche

L’évaluation et la modélisation de la dénitrification et des émissions du gaz à effet de serre N2O dans les sols soumis à des apports de PRO, et notamment d'effluents d’élevage, représentent un enjeu important, particulièrement pour établir le bilan environnemental de cette voie de recyclage. Ce travail a été mené par des chercheurs des 2 UMR sur des sites expérimentaux en culture de maïs à Rennes. Il montre que des apports annuels à dose agronomique raisonnée de lisier de porc et de fumier de porc composté augmentent sensiblement et en moins de 10 ans l’activité dénitrifiante potentielle des sols, comparativement au même sol fertilisé avec des engrais minéraux. Cet effet sur l’activité dénitrifiante s’accompagne d’une diminution importante du rapport N2O/ (N2O + N2 et d’une modification de la composition de la communauté dénitrifiante qui est plus diverse dans le sol soumis à des apports organiques.
Les flux de N2O sur une année, estimés par calage du modèle NOE sur des mesures ponctuelles d’émission sont temporairement plus élevés après les apports de PRO, mais plus faibles en fertilisation organique qu’en fertilisation minérale pour les périodes estivales et automnales ; les flux cumulés annuels, de l’ordre de 2-4 kg N ha-1, ne diffèrent pas significativement in fine entre les deux modes de fertilisation.
Ces résultats ouvrent la voie pour une estimation du facteur d’émission de N2O dans les sols soumis à des apports de PRO plus fine que celle actuellement proposée par l’IPCC, et sont en faveur de la valorisation agronomique des effluents d’élevage.

Références :

Dambreville C, Morvan T, Germon JC, 2008. Agriculture, Ecosystems and Environment, 123, 201-210
Dambreville C, Hallet S, Nguyen C, Morvan T, Germon JC, Philippot L, 2006. FEMS Microbiol Ecol 56, 119-131
Dambreville C, Hénault C, Bizouard F, Morvan T, Chaussod R, Germon JC, 2005. Biol Fertil Soils,
Contacts : T. Morvan, UMR 1069 SAS, INRA-Agrocampus Ouest, 65, rue de St Brieuc, CS 84215, 35042 Rennes Cedex,